Environnement :  Les Sauvages - Une enquête d'utilité publique  sur le projet du département du Rhône de construire une route Les Sauvages- A89 s'est déroulée entre le 1 décembre 2014 et le 6 janvier 2015 . Les résultats sont très défavorables à ce projet. Malgré cela ce projet a été présenté en urgence au Conseil général le 20 février... 21 février : le projet a été voté avec 19 voix pour et 4 contre.

 Liaison A89- Les Sauvages : le Conseil Général du Rhône vote la construction de la route

C'était la dernière séance avant les élections...

Le Progrès- 21-02-2015

Cliquer pour agrandir et refermer avec la croix en bas à droite

Dix millions d'euros de moins dans les caisses du Nouveau Rhône pour les prochaines années...

 Liaison A89-Les Sauvages: un avis défavorable émis après enquête publique

 

Les Sauvages, 19 février 2015

 

une belle journée d'hiver aux Sauvages, 19 février 2015

cliquer pour agrandir

http://www.leprogres.fr/rhone/2015/02/14/liaison-a89-les-sauvages-un-avis-defavorable-emis-apres-enquete-publique

cliquer pour lire l'article du Progrès

"Le projet de construction de route entre la sortie de l’A89, à Joux, et la commune des Sauvages, vient de prendre un coup de plomb dans l’aile

 L’idée du Département est de relier l’autoroute au bassin d’Amplepuis-Thizy en contournant la ville de Tarare. Or, le commissaire enquêteur a émis un avis défavorable après l’enquête publique réalisée en décembre et janvier. Il relève « des imprécisions, des incohérences, des contradictions » dans un projet qui « perturbe gravement la traversée du bourg des Sauvages en y accroissant les risques d’accidents de personnes, la pollution, et le bruit, d’où une influence négative sur la santé des habitants. »

 Il pointe la forte déclivité de la route : « une pente très forte rendant [le projet] évidemment dangereux ». Il analyse le temps gagné, « inférieur à 5 minutes, » insuffisant selon lui, pour justifier ce projet et envisager « un essor économique ». Il estime que la limitation du tonnage « affecte évidemment à la baisse l’attractivité pour le transport de marchandise. »

 Les membres de l’Acrosa, association d’opposants au projet, comptent se rendre vendredi au Conseil Général car la présidente Danielle Chuzeville a annoncé que « le vote concernant la déclaration de projet aura bien lieu. » Elle ne veut pas renoncer à cette liaison qu’elle estime nécessaire pour le désenclavement économique d’Amplepuis-Thizy et pour le contournement de la ville de Tarare par une partie des poids lourds."

Le Progrès- 15 février 2015."

 

Lire aussi l'argumentaire plus détaillé de Philippe Bette sur le site de FR3:

 

http://m.france3-regions.francetvinfo.fr/rhone-alpes/2015/02/16/bretelle-d-acces-l-89-avis-defavorable-656459.html

cliquer sur l'adresse

 Philippe Bette

 

A 89/Amplepuis : "Avis défavorable" pour la nouvelle route départementale

 Publié le 16 février 2015 à 15h24, mis à jour le 17 février 2015 à 15h03

 

L'enquête préalable d'utilité publique menée sur le projet d'un nouvelle départementale pour rejoindre Amplepuis depuis l'A89 conclut à un avis "défavorable". Le commissaire enquêteur estime que le tronçon choisi (4,1 km) entre Joux et "les Sauvages" s'avérerait dangereux, notamment en hiver. 

 

C'est un avis très complet que vient de rendre le commissaire enquêteur chargé de mener l'enquête préalable d'utilité publique sur le projet d'une nouvelle route départementale pour relier Amplepuis à l'A89 depuis Lyon. 

Le département du Rhône entend construire une nouvelle route entre l'A89 et la commune d'Amplepuis (Rhône) pour raccourcir le temps de parcours. L'itinéraire qui emprunterait le tracé de l'ancienne voie romaine, est l'objet d'un vif débat entre les "pour" et les "contre". La fréquentation de cet axe par les poids-lourds, notamment en hiver, focalise aussi l'hostilité au projet même si le département entend l'interdire aux camions de plus de 19 tonnes.

 Les riverains des communes de Joux et des Sauvages contestent particulièrement l'utilité du projet : Une seule chaussée de 4 km, aménagée sur deux voies (2 x 3,25 m), située précisément entre la RD21 et le giratoire de Joux.     

Mr Gaston Martin, le commissaire enquêteur, souligne d'emblée que les règles de concertation préalable avec les deux communes concernées n'ont pas été respectées, créant "un climat de suspicion". Il souligne ainsi avoir recueilli plus d'un millier de pétitions défavorables au projet contre une centaine "pour". 

La synthèse conduit le commissaire enquêteur à rendre lui-même un avis défavorable compte tenu des caractéristiques du tracé choisi .
        

 

  • Traversée du Bourg "Les sauvages" rendue plus dangereuse  - Risque accidentogène particulier avec la circulation régulière d'engins agricoles - Accès maintenu aux exploitations - Nuisances accrues

 

  • La nouvelle voie présente une pente forte (10% sur 3200 mètres) plus prononcée que la RN7. Un type de voirie que le Commissaire enquêteur compare à  la "tristement célèbre côte de Laffrey". Une inclinaison jugée supérieure aux normes de sécurité routière habituellement admises.  

 

  • Inconvénients d'ordre climatique : Le secteur est exposé aux aléas et réputé hostile à cause de la neige, du verglas et du brouillard en hiver. Le département n'en ferait pas un axe prioritaire pour le déneigement.  

 

Le commissaire enquêteur conclut donc à la dangerosité élevée du projet, plus marquée encore que la RN 7 réputée déjà pour ses risques .

"10 millions d'euros" 

 S'agissant du coût, le commissaire enquêteur émet aussi de sérieuses réserves sur le montant global des travaux, annoncé pour "10 millions d'euros" : "Un arrondi qui n'inspire guère confiance", estime Mr Gaston Martin qui rappelle le fâcheux précédent du Musée des confluences, déjà réalisé sous la maîtrise d'ouvrage du Département du Rhône. Il estime que le coût du chantier pourra difficilement être maîtrisé. Il conclut que "l'allocation de dépense d'argent public proposé ici n'est pas pertinente".    

Le commissaire enquêteur évoque enfin plusieurs alternatives qui mériteraient un examen plus poussé. Il souligne en effet que des solutions plus pratiques existent, moyennant des aménagements. Selon lui, le gain de temps avancé ici pour justifier la construction de ce nouveau tronçon est négligeable au regard des risques particuliers qu'il ferait courir à ceux qui l'emprunteraient.

L' Acrosa (Association contre le projet de route des Sauvages à l'A89) se réjouit de "ce rapport sans appels". Il déplore que la présidente du Conseil général du Rhône veuille absolument soumettre ce projet à l'assemblée départementale le 20 février prochain ,"dans l'urgence, avant les prochaines élections" .

 

 

 

Carte A 89/Amplepuis

 

 

 

 

 

 

Joomla templates by a4joomla