PLU- Bois-d'Oingt- feuilleton En 2010, des premières constatations avaient été faites sur le projet de PLU en chantier depuis 2008:  de nombreuses lacunes ont été signalées aux élus responsables.

 Du POS au PLU

 Le point sur le projet de PLU du Bois-d’Oingt-

 20 novembre 2010

questions posées : à résoudre

Par rapport aux lacunes du POS en cours,

qu’apporte le projet de PLU dans son état actuel en 2010 ?

Après une étape de diagnostic, la méthode de travail  appliquée a consisté à répartir les zones de  construction de logements autour du village, en privilégiant les zones  près du centre.

Des constructions nombreuses : Si le SCOT* n’avait pas été validé en juin 2009, le dossier du PLU du Bois-d'Oingt serait déjà terminé avec 28 hectares de zones constructibles et des densités très importantes, permettant de doubler  le nombre de logements en 30 ans. La commune est bien restée sur la logique d’un vaste programme de constructions.

* la première version du SCOT Beaujolais a été refusée par les services de l'Etat en 2008, car laissant la possibilité de construire un trop grand nombre de logements dans les communes rurales, ce qui encourageait l'étalement urbain dans la couronne lyonnaise. Une nouvelle version a donc été rédigée, réduisant de 15% les possibilités de construire. De même, il a fallu intégrer dans le texte du SCOT une Charte paysagère qui était avant dans un document annexe.

  •  Des constructions  denses : Malgré les densités annoncées dans le texte du PADD (20, 14 et 10 logements à l’hectare), les densités réelles dépendront des règles qui seront élaborées dans le règlement. Pour l’instant, il n’y a pas de correspondance. Les premières simulations qui avaient été faites aboutissaient à des quantités très importantes.
  •  Pas de nouveaux équipements ou espaces publics. Le projet n’a pas relevé de besoins en espaces ou équipements publics pour les 15 prochaines années.

Pour une commune en plein développement, le fait est surprenant.. Pas de nouveaux parkings jugés nécessaires.

  •  Les voiries : Le projet de voirie a été  construit à partir des possibilités offertes pour l’implantation de nouvelles zones d’habitation et de façon à les desservir, et non pas à partir d’un vrai projet d’urbanisme permettant de régler les problèmes actuels et de prévoir l’avenir.

Les voies, dites de contournement, se trouvent donc au milieu de nouvelles zones d’habitations denses.

 

  •  Facilités aux promoteurs : pas de contraintes nouvelles. Dans toutes les zones, priorité a été donnée aux projets connus des promoteurs et lotisseurs. Pour l’instant, aucune règle ne leur impose de participer aux  équipements publics associés (élargissements de voirie, parkings publics, plantations d’arbres…).

L’augmentation des prix des terrains de ces dernières années,  aurait dû servir à des aménagements de meilleure qualité : elle ne participe qu’aux bénéfices  des vendeurs et des promoteurs. Pas de protection suffisante des parcs, espaces verts existants dans les propriétés privées. Pas d’obligation de surfaces communes d’espaces verts.

 

  •  Une zone artisanale  et commerciale mal située

 La zone artisanale et commerciale se développe à Font-Molaize : sur un emplacement inadapté car très visible de tout le village et mal situé au niveau des voies de communication et des dessertes routières. La hauteur maximale de ces bâtiments pourra aller jusqu’à 11 mètres.

En résumé:

 Quelques chiffres : d’après le SCOT:Le Bois-d’Oingt + Légny

peuvent construire au maximun 394 logements entre 1999 et 2030.

 Mécontent

En septembre 2010, 286 logements avaient déjà construits depuis 1999.

Resteraient seulement 108 logements à construire en 20 ans

 Les logements sociaux : en 2010, au Bois-d’Oingt, il en reste 12 à faire d’ici 2023 (au total 26 d’ici 2030)    

 

 

 

Joomla templates by a4joomla