Val d'Oingt: des protestations au Conseil municipal du 4 avril 2017, non retranscrites dans le compte-rendu officiel. Une fois de plus, il s'agit de l'entretien du parc Pichat-  29 avril 2017

  Conseil municipal de Val d’Oingt – 4 avril 2017

attention: certaines données chiffrées de cet article ont été

modifiées après vérifications , le 29 avril 2017

 A l’ordre du jour : question principale le vote du budget

 Des points de vue exprimés

qui n’apparaissent pas dans le compte-rendu de la séance.

 En ce qui concerne le vote du budget principal, Marie-France Rochard fait remarquer que le passage à la commune nouvelle en janvier 2017, a entrainé une augmentation des dépenses concernant les frais de personnels et les indemnités des élus.

Entre 2016 et 2017, les indemnités des élus, versées seulement aux maires et aux adjoints ont augmenté de + 31 %, passant de 139 504€ à 183 680€ (hausse de 44 176€) *.

Le même calcul additionnant pour 2016 les dépenses de personnels des trois communes et comparant ce total,à celles prévues en 2017 pour Val d’Oingt, fait apparaitre une hausse de13 %, passant de 993 920€ à 1 123 700€, soit une dépense supplémentaire de 129 780€ *. Ce n'est pas une critique par rapport au travail du personnel qui s'est accru ces dernières années (augmentation de la population, accroissement des tâches décentralisées...).

Mais une constatation: la mise en place de la commune nouvelle est donc loin d’avoir entrainé les économies annoncées pour justifier l’urgence de mettre en place dans un délai si court, et sans consulter la population, cette importante réforme administrative.

Bilan de l'augmentation totale= dépenses indemnités des élus + dépenses de personnels:

44 176€ + 129 780€ = 173 956€ *

* ces données chiffrées ont été modifiées dans cet article, le 29 avril après vérifications.

Note ajoutée après réception de la subvention de l'Etat, en avril 2017.

Celle-ci vient compenser en partie ces augmentations de dépenses.

Passant de 701 233€ en 2016, à 842 463€ en 2017, elle augmente  de 141 230€.

Les 32 726€ d'augmentations non compensées, seront-elles vraiment compensées par des économies  dans d'autres chapitres budgétaires ?

Ou apporteront-elles des services supplémentaires à la population ? A SUIVRE-

Questions diverses

  Dans les questions diverses, Marie-France Rochard est revenue sur le compte-rendu du conseil de la séance précédente. Elle était intervenue sur la réouverture au public du parc Pichat, fermé depuis l'automne suite à des dégradations constatées et sur la nécessité d’y remettre des bancs. Le parc sera rouvert la première quinzaine d’avril, mais les bancs ne seront remis qu’à la fin des travaux, avait-il été répondu.
Cette réponse lui parait inacceptable. Alors que cette année 2017, le budget prévoit 140 000 euros de travaux dans le parc et 177 000 euros dans la maison, travaux qui ne correspondraient qu’à un tiers de ce qui est envisagé, il n’est pas possible que la population attende encore cinq à six ans pour pouvoir profiter de façon confortable de ce parc ombragé situé au centre du village. Poser des bancs et les fixer au sol ne représenteraient qu’un faible investissement par rapport au reste des dépenses prévues en ce lieu en 2017. D’autant que les bancs ont déjà été achetés en 2014, posés, puis enlevés suite aux incivilités de quelques gamins.

  Dernières nouvelles avril 2017 : le parc a été rouvert au public.

A SUIVRE..

 

Rappel : depuis 8 ans la commune du Bois-d'Oingt ne sait pas comment gérer ce parc

 Un cadeau inestimable

les arbres autour du bassin, avril 2017

 Quel manque de respect pour ce cadeau d’une grande valeur fait à la commune ! En 1985, lorsqu’il a rédigé son testament devant notaire, M. Louis Pichat a insisté pour que ce Clos « reste dans sa conception actuelle, sans qu’y soit édifiée aucune construction… ».

 Il pensait léguer à une collectivité consciente de l’intérêt et de la beauté de ce lieu, capable de bien le gérer et de garder son caractère historique. Un cadeau de très grande valeur avec plus de deux hectares de terrain situés au cœur du village : une évaluation actuelle à 200 € le m2, soit au total, 4 millions d’euros, biens qui auraient pu aller aux héritiers de la famille.

 Un parc vraiment négligé

 La commune est responsable depuis 1991 (date du décès de M. Louis Pichat qui a légué sa propriété à la commune du Bois-d’Oingt) en qualité de nu-propriétaire des travaux et de l’entretien de ce parc de plus de deux hectares. Elle en a les clés depuis 2009, suite au décès de Mme Pichat qui avait hérité de l’usufruit.

Parc, fontaine, ronces Bois-d'Oingt

l'ancienne fontaine: les ronces repoussent chaque année

Année après année, le parc s’est dégradé. Aucun élagage des grands arbres (alors qu’avant 1991, l’élagueur venait tous les deux ans), pas de taille des haies de buis qui dessinaient des allées, disparition des buissons fleuris et des massifs, invasion des pelouses par des carottes sauvages lierres et autres ronces, même dans les parties ouvertes au public. Les trois cinquième du parc fermés par des grillages, restent sans entretien régulier par le personnel de la commune et s’envahissent de ronces et d’orties.

été 2016

 L’invasion des pyrales du buis

 En 2015, malgré un avis paru sur le site de la commune demandant à signaler l’arrivée des chenilles de la pyrale du buis, et la réponse des habitants pour le parc, aucun traitement n’a été appliqué.

 En 2016, le mal était déjà fait. Les buis non taillés depuis dix ans, poussés en hauteur, sont dépouilles de leurs feuilles dans le bas et envahis de ronces en haut.

 Le bilan du début 2017 est désastreux. Des arbres jugés dangereux ont bien été coupés. D’autres qui apportaient de l’ombre, ont disparu

Derrière le mur, une partie invisible du public

Qu'y a-t-il derrière ce mur mal entretenu ?

  Derrière le mur qui coupe le terrain en deux , environ 7 000 m2 inutilisés: un mélange d’arbres morts et d’arbres en vie, reste sur pied, les branches mortes empêchant les vivants de s’épanouir. Les souches n’ont pas été enlevées (comme partout dans le parc), interdisant des replantations.

derrière le mur Parc Pichat

derrière le mur, il y a...

Dans le bas du terrain, derrière le grillage, ce sont les buis qui ont poussé en hauteur, à partir de pieds sauvages, et qui ne présentent plus sur leurs troncs maigrelets que quelques feuilles, reliquats du passage de la pyrale.

en bas, parc Pichat 2017

en dessous du grillage, il y a encore 8000 m2, mal entretenus

 Une étude d’architecte paysagiste qui s’éternise

 L’architecte paysagiste (Mme Priscilla Tetaz, du cabinet UO), choisie par la commune en février 2016, n’a, semble-t-il, pas terminé son travail de conception générale du parc.

  Elle avait pourtant pour la guider, toute l’étude élaborée par le CAUE en 2015, au cours de plusieurs rencontres avec les responsables du Bois-d’Oingt et aboutissant à un projet d’ensemble sérieux et complet.

 Une construction en bois au milieu du parc ?

 Une réalisation  ambitieuse pour accueillir des concerts

 A la demande du maire délégué du Bois-d’Oingt, le travail de l’architecte s’est concentré sur la construction, au milieu du parc, au-dessus du bassin, d’un théâtre de verdure, sorte d’estrade en bois pouvant servir à accueillir des concerts. Des rangées de gradins (3 ?) proche du bassin, occuperaient le bas de la pelouse. Cet ensemble qui couperait le parc en deux serait  très visible depuis le haut , et en plein soleil d’ouest pour les soirées de fin de journée. Avec l'espoir que les arbres qui ombragent et entourent ce bassin  et font écran par rapport aux nuisances visuelles plus lointaines ne soient pas supprimés ?

Et le reste du parc ? accessibilité, plantations, entretien ?

 Rien de vraiment précis pour le reste du parc. Pas de replantation d’arbres prévues pour remplacer les arbres disparus, faire de l’ombre, créer des îlots variés en forme et en couleur. Des massifs de fleurs à créer, mais sans précision sur les moyens en personnels mis à leur entretien. Des platanes grimpés en hauteur dont on ne sait pas s’ils seront remis en forme. Pourquoi couper les tamaris ? Supprimer les ifs qui sont en bonne santé ? Ne faudrait-il pas garder des arbres variés pour la curiosité (ex : l’unique séquoia) en attendant que les nouveaux plantés prennent de l’ampleur ?

massifs de fleurs 2016

Prévoir des massifs de fleurs sans organiser leur entretien?

 

Que de points d’interrogation ?

 Manque de moyens ? Plutôt une mauvaise gestion de ce parc, qui en 2008 était encore un beau parc paysager, avec les traces des allées courbes formant une promenade pleine de découvertes, un parc un peu mystérieux avec ses grands arbres… Un endroit où les habitants avaient plaisir à passer un moment. Un parc paysager du 19e siècle dont il faudrait garder le côté historique, sans le banaliser en parc urbain ou espace agricole. Un espace vert à entretenir régulièrement par du personnel motivé et compétent.

  Un lieu bien entretenu est davantage utilisé, mieux respecté...

La présence d’un public de tous âges

à des heures différentes de la journée,

éviterait ou limiterait les dégradations.

 

Joomla templates by a4joomla